prostituées charleroi Prologue: Dans une région rurale de Thaïlande, un jeune marié nommé John vient d’emmener sa belle et pétillante épouse dans un restaurant local appelé le Charleroi. Ils avaient planifié leur lune de miel dans un complexe privé, alors les amis et les proches de John l’ont encouragé à emmener une prostituée, nommée Charleroi. En fait, Charleroi était le choix parfait – intelligent et rusé, un fonceur complet qui passerait chaque moment libre qu’elle avait loin de son mari à plaire aux hommes. Charleroi a reçu une somme d’argent spécifique de John pour fournir des services sexuels, parfois jusqu’à 100 livres par heure. Pour cette raison, les amis de John ont veillé à ce qu’il n’emploie Charleroi que si elle était parfaitement professionnelle et digne de confiance.

En entrant dans le Charleroi, John et Charleroi ont été immédiatement accueillis par le personnel du restaurant. Les serveurs, dirigés par le propriétaire du bar, les ont traités comme des célébrités: ils ont été servis avec des boissons et ont reçu une attention particulière. John et Charleroi ont très bien traité la serveuse, en commandant exactement la même nourriture qu’ils avaient déjà appréciée la veille. Cependant, lorsque la serveuse a apporté l’addition, c’était bien plus que ce que John et Charleroi attendaient. Un pourboire substantiel a été demandé, mais Charleroi a refusé de payer, déclarant qu’il s’agissait d’une affaire privée entre eux.

Après plusieurs heures, le groupe a décidé de se séparer et de chercher un autre endroit pour rester. John et Charleroi ont décidé d’essayer la proche Khao Suk Road, qui était un bordel populaire. Malgré les avertissements de diverses personnes, John et Charleroi insistent sur le fait qu’ils n’ont rien fait de mal. Lorsqu’ils ont finalement été chassés du bordel, John et Charleroi se sont disputés sur la façon dont l’entreprise était gérée. Lorsqu’ils ont finalement été renvoyés par leur chauffeur à leur hôtel, ils ont réalisé qu’ils avaient été arnaqués: John et Charleroi avaient été facturés 100 livres supplémentaires en raison de la “ faute ” de ne pas avoir leurs bons documents.

Categories: Uncategorized